Nouvel article de la série illustrée : LA PROCRASTINATION 3


Coucou tout le monde,je crois que je peux moi-même être un bon exemple  de proscratination : ça fait des semaines, voire même des mois que je dois faire cet article!!! Je me lance enfin.

Je fais cette petite série illustrée par mon amie Marina’ pour vous parler des particularités de nos conjoints et enfants atypiques avec le syndrome d’Asperger!

Après la bulle, les intérêts restreints, et la difficulté du second degré, je vais vous parler d’une de leurs particularités qui n’est pas toujours simple à gérer et qui demande beaucoup de patience et de persévérance : LA PROCRASTINATION!!!!

Qu’est ce que c’est que ce mot bizarre qu’on a même du mal à prononcer parfois 🤔🤪. Regardons la définition dans dictionnaire :

“Tendance à remettre au lendemain, à ajourner, à temporiser.” (recherche sur google😉)

Je crois qu’il n’y a pas besoin de compléter cette définition : c’est clair et ça résume ce que c’est. Ça paraît être quelque chose de “banal”, rien de bien gênant mais dans la vie de tous les jours ce n’est pas toujours facile à gérer que ce soit pour la personne qui procrastine ou pour son entourage.

En effet c’est parfois agaçant de devoir négocier, répéter, répéter et encore répéter pour qu’un truc que vous avez demandé se fasse. Par exemple, mon mari peut mettre plusieurs semaines avant de prendre un rdv médical alors qu’il en a besoin et que je lui répète régulièrement…

Ou encore ce qui va avec cette particularité c’est qu’ils font les choses au dernier moment, voire dans l’urgence ce qui est source de stress chez eux, et source d’agacement chez nous 🤪🤣. Ma princesse par exemple va repousser, repousser un exercice de poésie jusqu’à la veille du jour où il faut le rendre, du coup il faut se “fâcher” pour qu’elle le fasse et on y passe un temps énorme vu qu’elle n’a pas envie de le faire. Du coup ça la stresse, et lui demande une énergie phénoménale. Donc après c’est dur à gérer et pour elle de se gérer 🤔.

Un petit dessin vous expliquera mieux les choses et les résumera bien 🤪! (Merci encore Marina’ pour cette magnifique illustration🥰)

Moi je suis tout l’inverse (je me débarrasse des trucs que je n’aime pas faire en premier), enfin pour certaines choses 🤪🤣. Du coup j’essaie parfois de leur expliquer l’intérêt de faire les choses plus tôt et de s’en débarrasser mais sans succès, surtout auprès de mon mari 🤣🤣. Parfois, j’y arrive avec ma princesse 😉!!

Mon mari m’a déjà expliqué que c’est comme ça et qu’il n’a rarement de prise la dessus : pour bien résumer on peut dire que “ça leur passe au-dessus”🤪 et ça leur demande énormément de concentration et d’énergie d’aller contre ça. Mon mari le fait dans le travail (très organisé, il anticipe beaucoup) mais dans la vie de tous les jours, non : il est lui-même 😉.

Du coup je fais avec, j’ai appris à relativiser ça et surtout à répéter/répéter les choses meme si parfois je n’en ai pas envie! Pour ma fille on avait mis en place quand elle était plus petite le principe de la “carotte” pour la motiver et lutter contre ça : un jeton à chaque tâche effectuée et quand il y en avait plusieurs une récompense.

Ca l’a motivée un peu, elle procrastine un peu moins…mais il faut varier les récompenses en fonction de son intérêt du moment 😜 et pour éviter la routine.

Je vous remets le lien de l’article que j’avais fait sur les recompenses : 

articlesurletableauducompotement

Et vous qu’avez-vous mis en place pour les aider à moins procrastiner ? N’hésitez pas à partager vos trucs et astuces! Ça peut aider d’autres familles, d’autres atypiques 💙😉

Je réfléchis au prochain sujet de cette petite série…

1…2…3…Partageons!!!!😊😊😊😊


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “Nouvel article de la série illustrée : LA PROCRASTINATION